27/01/2008

Guantanamo: six ans déjà!

P.Gilardi

C’est le 11 janvier d’il y a six ans qu’un premier convoi de prisonniers « combattants illégaux » selon la terminologie officielle de l’administration Bush, arrivait au tristement célèbre camp Delta situé sur la base étasunienne de Guantanamo, à Cuba.
Depuis, un millier de « méchants », ainsi que les définissait le président Bush, ou de « dangereux assassins parmi les plus déterminés et mieux entraînés de la planète » pour reprendre l’expression de l’ancien ministre de la défense Donald Rumsfeld, ont été internés à Guantanamo. Ils y ont subi nombre de sévices régulièrement dénoncés aussi bien par les organisations nord-américaines de défense des droits humains que par le comité international de la croix rouge, le CICR.
Seuls dix d’entre eux ont été officiellement accusés, et pour cause ! Comme l’écrit Anthony D. Romero, directeur de l’Union américaine pour la défense des droits civiques, «seul un infime pourcentage des centaines d’hommes détenus à Guantanamo ont été capturés sur le terrain de bataille, tous les autres ont été vendus par les seigneurs de la guerre contre monnaie sonnante» (salon.com).
Aujourd’hui, plusieurs centaines d’entre eux ont été soit libérés, soit mis entre les mains des gouvernements de leurs pays d’origine qui les ont remis en liberté, faute de chefs d’accusation à porter à leur encontre. Pourtant, il y en a toujours un grand nombre qui restent enfermés dans les cages exposées au soleil tropical de Guantanamo.
Alors que même l’ancien secrétaire d’Etat Colin Powell plaide pour la fermeture de la prison, l’administration Bush ne cède pas. En effet, traduire les 275 prisonniers restants devant les tribunaux étasuniens serait pour Bush un parfait autogoal dans la mesure où les preuves manquent pour leur inculpation. Les libérer purement et simplement serait reconnaître définitivement la violation par le gouvernement des Etats Unis des lois internationales.
Madame Calmy-Rey, représentante du Conseil Fédéral dépositaire des Conventions de Genève en aurait-elle touché un mot à Condoleeza Rice la semaine passée à Kloten lorsqu’elle l’assurait de «l’indéfectible solidarité de la Suisse»?■

16:44 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.