31/08/2008

CQFD

 

Au-delà de l’incompétence réelle ou présumée de Samuel Schmid, l’affaire Nef et la manière dont elle a été réglée est emblématique.

 

Que Schmid n’ait pas informé ses collègues du gouvernement relève d’une vieille pratique, celle qui veut que moins on s’intéresse à l’armée, mieux elle se porte. De l’affaire des Mirages en 1964 à la nomination de Nef, en passant par le bunker secret du Conseil fédéral ou l’existence des armées de l’ombre P26 et P27, la politique du secret est toujours la même…

 

Qui plus est, pourquoi se formaliser pour une enquête pénale en cours pour harcèlement, une pratique que la franche camaraderie virile que l’on cultive à l’ombre du drapeau aurait plutôt tendance à tenir pour broutille ?

 

Mais que le Conseil fédéral et la majorité des partis ne trouvent en fin de comptes rien à redire face à ces omissions est la mesure de la considération et l’importance dans laquelle ils tiennent l’armée.

 

Considérer que d’omettre de signaler qu’on est en train de nommer à la tête de l’armée un type qui fait l’objet d’une enquête judiciaire n’a pas une gravité particulière, relèverait partout ailleurs de la faute professionnelle grave.

 

Car, à bien y regarder, c’est à la tête d’une institution qui dispose d’immenses moyens financiers et d’une capacité de nuisance particulière que la nomination se fait, excusez du peu ! Que l’on pense seulement aux incidents survenus depuis l’introduction de la garde avec munition engagée décidée par Roland Nef…

 

Il en va de même lorsqu’on maintient en place un ministre qui admet avec la plus grande candeur ne pas avoir voulu en savoir plus sur l’enquête en cours contre Nef. C’est tout-de-même du responsable de ce qui est le plus officiellement du monde défini comme la « défense de la population » qu’il s’agit! Et qui devrait, en cas de conflit prendre la tête des opérations !

 

A moins de penser que l’armée elle-même est à tel point inutile qu’on peut la confier à un «narcissique pathologique» supervisé par un notaire bernois cachottier…CQFD !■

 

17:44 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.