30/09/2008

"La voix de son maître"?

Jour après jour, heure après heure, la Radio suisse romande se penche au chevet des finances du monde.

Et pour éclairer l'auditeur, elle n'a pas trouvé mieux, à part la notable exception ce matin du professeur Bürgenmeier, que d'avoir recours aux banquiers.

Ce sont en effet eux qui viennent, jour après jour, voire heure après heure, pontifier sur la crise financiaire en cours.

Avant-hier encore, ils juraient, la main sur le coeur, que la crise  se limitait aux Etats Unis. Hier, devant l'effondrement de la belgo-néerlandaise Fortis, ils devaient bien admettre que le problème est un peu plus étendu, mais ce matin, au lendemain du vote du Congrès étasunien contre le pseudo-plan de sauvetage de l'économie mondiale, ils proclamaient en coeur que le pessimisme n'est tout de même pas de mise...

Mais comment peut-on les croire un seul instant, ces "experts" des banques privées, puisque ce sont eux qui jusqu'à il y a si peu de temps vendaient à leurs clients des produits structurés? 

Ce sont eux qui avec d'autres de leur espèce, ont contribué à créer cette bulle spéculative qui explose maintenant. 

Quel crédit peut-on accorder aux commentaires de ceux qui ont gonflé une bulle qui équivalait à quinze fois le produit mondial brut?

Seule la RSR sait, elle qui se fait si volontier la voix de son maître.

28/09/2008

Incitation à la haine religieuse

Entrepreneur et conseiller national de l'UDC, Jean François Rime vient de faire un gag choquant à l'émission "la soupe est pleine". Alors qu'on discourait des "perspectives bouchées de l'industrie du bois", un des gais lurons qui animent "la soupe" a fait la suggestion, en référence à l'initiative anti-minarets, de construire des minarets en bois. Ce à quoi, le "démocrate du centre" Rime a, du tac au tac répondu "comme ça on pourrait mieux les brûler". En termes juridiques, cela s'appelle de "l'incitation à la haine religieuse" et en tant que telle elle devrait être poursuivie d'office. Cela n'a pas empêché la poursuite de l'émission. Après un bref moment d'embarras, les animateurs de "la soupe" n'ont pas estimé utile de marquer leur désaprobation:ils continué l'émission sans broncher... Une émission où l'on peut tout dire, n'est-ce pas?