• Rocco et ses frères

    Imprimer

    C'est de toute évidence pour me protéger que quatre des six flics qui m'avaient empêché de distribuer L'anticapitaliste à l'entrée de la Fan zone il y a quinze jours m'ont tenu compagnie ce soir. Emmenés par le dénommé Rocco (1,68 m pour environ 120 kg, cervelle comprise), il m'ont entouré passivement pour m'empêcher de diffuser le journal.C'était toujours à l'entrée de la Fan zone...

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Genève : programme de législature : Un casse à 600 millions… par an !

    Imprimer

    Présenté la semaine passée par un Conseil d’Etat en rangs serrés, le programme de législature du gouvernement genevois prétend dans son titre, «annoncer la couleur». En fait, c’est plutôt de la douleur, voire des douleurs, qu’il nous promet. Décrié par la presse comme une simple déclaration d’intentions sans projets exacts, il constitue un vrai programme de pillage des ressources publiques au profit des nantis, un casse à six cent millions par an!

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Contravention et interdiction de fan's zone

    Imprimer

    Pour peu que les suggestions de la police soient suivies, je serai dès ce soir interdit de fan's zone. Autrement dit, je ne pourrai pas aller voir les matches sur l'esplanade des Vernets dès ce soir et jusqu'au 13 juillet! Et je serai amendé.

    Mais qu'ai-je encore fait?

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Au commencement était le jeu de ballon

    Imprimer

    Au commencement était le football, le jeu de ballon inventé par quelques riches british. Très vite, les classes populaires se le sont appropriées. Et ont mis sur pied leurs équipes, au nom souvent banal, celui du quartier, de la ville, voire de l’usine, et qui ont disputé tout aussi vite la suprématie aux équipes de la bonne société aux patronymes empruntés au latin, à la langue anglaise, aux sociétés d’étudiants…

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Au théâtre ce soir

    Imprimer

    Avec une Doris Ittig qui joue juste du début à la fin et une Claude Inga fidèle à elle même malgré quelques exercices de style un brin longuets -mais excellentissime l'accent jurassien- Laverie Paradis vous fait passer une heure et demie de plaisir. Une parabole peut-être, mais comme le dit Bernadette (D. Ittig), "on a de la chance, on est câblé"... Au Théâtre Saint-Gervais, jusqu'au 14 juin...

    Lien permanent 0 commentaire