22/08/2014

Palestine : mais qui c'est qui doit se défendre?

De Barack Obama à Didier Burkhalter, ils y sont tous allés du même couplet en réaffirmant, malgré les images insoutenables dont les télés nous abreuvent depuis plus d’un mois, le «droit d’Israël de se défendre».


 

 

Trop désireuse de ne pas prêter le flanc aux soupçons d’antisémitisme systématiquement évoqués par les agences de propagande sionistes, une partie de la gauche a fait sien ce couplet. En l’enrobant d’un pacifisme à première vue radical qui veut que, puisqu’une victime est une victime ce sont tous «les violents», les «violences de tout bord contre les civils» qu’il faut rejeter de manière symétrique.

C’est juste absurde

La logique est absurde. A commencer par l’aspect comptable. Quelle symétrie entre les plus de 2000 morts -75% de civils- d’un côté et les 65, pratiquement tous des militaires, de l’autre? Quelle symétrie entre les plus sophistiquées des armes modernes et les roquettes quasi-artisanales balancées sur la ville juive de Sderot construite en 1951 sur les ruines du village arabe de Najd, rasé par l’Hagana, le bras armé du sionisme?

Quelle symétrie entre une armée d’occupation capable de réduire en cendres écoles et hôpitaux et ces roquettes dont plus de 95% ont été interceptées par les systèmes de défense de l’Etat des juifs? Quelles symétries entre une population de presque deux millions d’habitants, dont une moitié d’enfants, enfermée dans une prison à ciel ouvert, Gaza, depuis 2006 et une entité étatique qui exporte massivement les armes et les systèmes de sécurité expérimentés sur les palestiniens?

Car, la démonstration d’efficacité en situation réelle est le meilleur des arguments publicitaires. C’est ainsi, par exemple, qu’une bonne part du milliard de dollars dépensés pour la sécurité -la surveillance de la population- lors du dernier Mundial au Brésil l’ont été pour payer des systèmes et des entreprises de sécurité qui ont fait leurs preuves … en Palestine.

Recul de civilisation

Mais, au-delà de son absurdité logique, la tentation symétrique constitue une remise en cause fondamentale du droit reconnu, y compris par l’ONU, de résister, aussi par la lutte armée, à l’occupation par des armées étrangères.

Priver les populations sous occupation militaire du droit de se défendre, y compris par les armes, revient non seulement à reconnaître et accepter le principe de l’occupation : cela constitue un véritable recul de Civilisation.

C’est au nom de ce droit de se défendre contre l’occupation que les mouvements de libération, de l’Algérie au Vietnam, avaient pu triompher des armées coloniales et impérialistes.

C’est ce même droit que s’étaient octroyé, bien avant sa reconnaissance internationale, la résistance yougoslave ou les partisans grecs, norvégiens, italiens et français pour combattre l’occupation par les armées nazies, pour les chasser. C’est de ce même droit qu’avaient fait usage les insurgés du ghetto de Varsovie.

Ce sont aussi leur droit et leurs résistances qui sont remis en cause de manière rétroactive par qui prétend renvoyer dos à dos l’agresseur et l’agressé, l’occupant et l’occupé.

La clé de chez eux

Dans le cas de la Palestine, l’existence de l’occupation est reconnue. Sauf qu’elle ne se réduit pas à ceux qu’on appelle communément les «territoires occupés», à savoir ceux qui l’ont été à partir de la guerre «des six jours» en 1967. L’occupation de la Palestine date de bien avant avec l’installation, durant l’entre-deux-guerres de centaines de milliers de juifs en Palestine et est réalisée matériellement avec la création de «l’Etat des juifs» -les termes sont ceux de la déclaration d’indépendance- en 1948.

Son implantation ne s’est pas faite dans un désert, mais sur des terres habitées et cultivées par les palestiniens dont des centaines de milliers furent expulsés de leurs maisons, de leur terre. Celles et ceux d’entre eux qui ne sont pas morts en exil, dans les camps de réfugiés au Liban, en Syrie ou ailleurs, gardent encore fièrement «la clé de chez eux», de la maison dont ils ont été chassés il y a soixante-six ans.

C’est sur leurs terres, à la place de leurs maisons qu’a été fondé, par la force des armes, l’Etat des juifs. Puisqu’il est censé, d’après la déclaration d’indépendance du 14 mai 1948, «ouvrir ses portes à tous les Juifs», cet Etat se fonde non pas sur l’appartenance territoriale ou nationale, mais sur l’appartenance religieuse.

Les droits des uns et ceux des autres…

Définie en ces termes, la citoyenneté entière ne peut être reconnue qu’aux juifs, c’est-à-dire aux fidèles d’une religion. Ce qui signifie l’exclusion de la nationalité de tous ceux qui ne le sont pas, juifs, les droits n’étant pas les mêmes pour tout-le-monde.

Ainsi, un juif de New-York dispose automatiquement, de par sa religion, de la nationalité israélienne. Il bénéficie de la sorte de plus de droits qu’un chrétien ou un musulman de Bethléem, dont le mariage, par exemple, n’a aucune validité dans la mesure où la loi israélienne ne reconnaît que les mariages bénis par l’autorité religieuse … juive.

Fondé sur la discrimination, sur l’apartheid, l’Etat des juifs se prévaut d’un «lien historique du peuple juif avec la Palestine» dicté, lui aussi, par l’approche religieuse, celle des textes sacrés. Le territoire qu’il revendique s’y trouve, dicté par La Parole, nimbé d’Absolu.

Une garnison permanente

La réalisation de ce projet exclusif nécessite évidemment une force de frappe. Dès lors, le service militaire est obligatoire pour les citoyens de l’Etat des juifs, hommes ou femmes qu’ils soient, à l’exception des religieux ultra-orthodoxes. Ainsi, cet Etat n’est pas seulement une entité confessionnelle et expansionniste, il est une garnison permanente.

C’est pour cela que son existence même est une menace permanente pour la paix.

Or, au-delà des exigences immédiates en termes humanitaires -fin du blocus, destruction du mur de séparation, démantèlement des colonies, libération des prisonniers palestiniens-, c’est le démantèlement de l’Etat confessionnel sioniste qui doit être proposé comme perspective pour la paix en Palestine. Avec, évidemment, le droit au retour de qui a été chassé…

C’est la perspective du remplacement de l’Etat des juifs par un Etat binational, laïc et démocratique, dans lequel l’appartenance religieuse est une affaire privée -et pas une affaire d’Etat- qu’il faut mettre en avant.

C’est d’ailleurs le meilleur antidote -symétrique, celui-ci- à la montée en puissance d’autres prétendants à l’Absolu, que ce soit celui du califat ou celui de l’ordre moral…

 

Paolo Gilardi 

Les commentaires sont fermés.