28/10/2014

Larmes de crocodile...

... que celles que versent aujourd'hui les patrons à l'idée de la suppression des forfaits fiscaux.


 

 

Imaginez, nous disent-ils, l'état des caisses publiques après le départ de ces riches contribuables... Ce serait à tout un chacun de combler le trou. Et le chômage? Terrible!

Les écoles se retrouveraient ainsi sans élèves, assène une directrice d'école ... privée sur les ondes de la RSR ... Quel drame!

Pourtant, pas un d'entre eux n'est monté au front pour contester la 3ème réforme de la fiscalité des entreprises présentée par le gouvernement.

Sous prétexte de compatibilité européenne, cette dernière propose de supprimer les avantages fiscaux dont bénéficient les multinationales étrangères établies en Suisse. Elle fixe donc un taux unique d'imposition des bénéfices à 13% (il dépasse les 40% en France et en Allemagne et est de plus de 50% aux USA).

Ainsi, taxées actuellement à 11%, les multinationales passeraient (un peu) à la caisse, tandis que les entreprises locales (Nestlé, Novartis et votre épicier) verraient leur taux d'imposition baisser alors qu'il est de 24% actuellement!

En gros, le cadeau dont elles bénéficieraient est de l'ordre de deux à trois milliards de francs par an. D'après les estimations du gouvernement, cela signifierait des baisses de recettes fiscales de 600 millions par an pour le seul Canton de Genève.

600 millions? C'est le budget cumulé des départements de l'instruction publique et de celui de la police. De quoi émouvoir les patrons qui versent aujourd'hui des larmes à l'approche possible de la fin des forfaits fiscaux?

Pas vraiment, hélas...

Les commentaires sont fermés.