10/01/2015

Est-ce que ça suffit "d'être Charlie"?

Depuis trois jours, tout un chacun est devenu Charlie. Et c'est bien. Mais au delà du bien et du mal, quelques questions se posent, que je n'hésiterai pas à évoquer...


Je suis Charlie, je suis Gaza et je suis Falloudja...

Le crime perpétré à Paris est atroce, immonde. C'est l'Iconoclaste qu'on a tué, c'est la Civilisation qui est attaquée dans ses fondements. Elle est attaquée dans ce qu'elle a de plus fondamental, de la même manière qu'elle l'est lorsqu'une puissance étatique bombarde un hôpital à Gaza, lorsqu'une armée d'occupation anéantit la population de Falludjah au White Phosphorus.
 
Sauf qu'on ne décrète pas le deuil national pour les victimes de Gaza ou de Falludjah. Pour elles, pas de centaines de journalistes, d'experts, d'heures d'émission sur les radios et les chaînes de télé, pas de minutes de silence! Pas de Xavier Colin pour pontifier sa pauvre géostratégie.

Une fois encore, la compassion sélective est à l'oeuvre..

 

Première, deuxième et bientôt troisième exécution?

Qu'elles sont écœurantes les larmes de crocodile versées sur la deuxième mort de Charlie Hebdo!

Ecoeurantes surtout celles des héritiers politiques de celui qui avait été à l'origine de sa première mise à mort, quand il s'appelait encore Hara Kiri - Charlie Hebdo, Parce que, c'est justement le ministre de l'intérieur de Georges Pompidou qui, en 1970 avait interdit Hara Kiri, coupable de sacrilège...

Ils avaient osé, les effrontés, caricaturer non pas du prophète, mais de Dieu himself, décédé deux jours plus tôt, lors d'un "bal tragique à Collombey-les-deux-églises"...

Quand c'est au nom de la liberté de la presse qu'on renforce Vigipirate, à savoir qu'on restreint toutes les libertés, la novlangue orwellienne n'est plus loin.

Et, on peut à coup sûr être certain que, en Suisse aussi, les assassinats de mercredi passé seront ce printemps les invités d'une droite qui s'apprête à nous imposer une nouvelle loi liberticide sur la sécurité intérieure...

Pour une troisième exécution de Charlie...

 

"Musulmans positionnez-vous!"

C'est ce qu'on entend de toutes parts. Mais quand a-t-on entendu les média exiger un positionnement des chrétiens, pas du pape ou des hautes sphères de l'église protestante, mais de tous les chrétiens, à propos des attaques par la droite chrétienne contre les cliniques pratiquant l'IVG? à propos des prêtres pédophiles? du Ku Klux Klan?

Et ce ne sont pas l'émir du Quatar, le roi d'Arabie Saoudite ou Recep Erdogan, tous fervents musulmans mais bons amis de l'Occident, qu'on enjoint de prendre position, mais bel et bien les musulmans de France, d'Allemagne, d'Europe, dans leur immense majorité travailleurs immigrés.

 

Que la stigmatisation publique rendra encore plus vulnérables et corvéables...

Les commentaires sont fermés.