06/10/2015

Le prix d'une chemise, fût-elle de marque...!

Voilà, ce soir le mot est lâché: lynchage! C'est par ce terme que la journaliste de la Radio suisse romande a qualifié la colère des employés d'Air France à l'égard de ceux qui étaient venus leur annoncer la mise au rebut de 2900 d'entre eux.


 

Passons sur l'ignorance crasse de la vendeuse d'opinions -celles de ses maîtres- qui ne sait ce qu'a été le vrai lynchage subi par des milliers d'hommes et de femmes, afro descendants, effectivement lynchés par les milices blanches aux USA et qui, eux, y ont laissé un peu plus que la chemise blanche amidonnée...

C'est vrai qu' on n'a pas forcément besoin d'être cultivés et intelligents pour servir la liturgie...

Evitons également d'évoquer le fin mot de Jaurès qui rappelait à Clemenceau que "la violence des ouvriers existe et se voit tandis que celle des conseils d'administration existe mais ne se voit pas", autrement dit que le prix de la chemise d'un DRH, si coûteuse fût-elle, n'est rien par rapport à la vie des 2900 familles jetées dans la précarité par Air France.

Trop politique et gauchiste, tout cela...

Regardons plutôt ce que fait la Radio suisse romande: compatissante, la radio de régime invite un sociologue "spécialiste des relations professionnelles" -c'est quoi, ça, au juste?- pour se pencher sur le triste sort des responsables des "ressources humaines" qui, eux, contrairement aux dites ressources humaines, sont des humains et ont des sentiments...


Et dire qu'on paie la redevance radio télé -et que je continuerai à la payer- pour que ce nouveau clergé du "monde libre" que sont devenus les journalistes nous abreuve de la liturgie patronale... Beurk!

Les commentaires sont fermés.