06/05/2018

Conseil d'Etat: oubli et miséricorde...

L'un de son plein gré, l'autre à l'insu de ce dernier, deux Conseillers d'Etat quitteront ces prochains jours leurs fonctions pour rejoindre la catégorie des anciens magistrats. Une catégorie fort composite puisqu'il y a, au moins, trois catégories d'anciens ministres.


Il y a en premier lieu, celles et ceux dont on se souvient car, indépendamment de leur positionnement partisan, personne ne peut nier l'influence qu'ils -hélas, rarement, elles- ont exercée sur le gouvernement, voire sur la vie des genevoises et des genevois. Sans remonter trop loin, citons, dans la catégorie, des noms: ceux d'André Chavannes, Robert Ducret, Guy Fontanet, Willy Donzé et -même- Guy Olivier Segond.

Respectivement, ils nous ont laissé notamment le Cycle d'Orientation, la mensualisation de l'impôt, le droit de manifester sans être matraqués de manière préventive, le développement des HUG, les soins à domicile...

Il y a ensuite celles et ceux qui n'ont fait que passer et dont ne se souviennent que les recueils officiels et leurs connaissances proches. On ne le citera point puisque, justement, on ne se souvient plus d'eux.

Et enfin il y a ceux pour qui, le passage -souvent fort court- au Conseil d'Etat fut surtout ... erreur de casting. On se souvient des fois de leur nom en rigolant sous cape, mais on s'abstiendra de les nommer car on ne tire point sur une ambulance...

Des deux qui quittent aujourd'hui le gouvernement, il en est un qui, tout en retournant à son tracteur, à son blouson clouté et à ses tweets, finira de droit dans la dernière catégorie, celle des erreurs de casting.

Quant à l'autre, ce n'est certes pas chez les inoubliables qu'il risque de se retrouver. Et c'est peut-être mieux ainsi.

Car il n'eût été que peu miséricordieux que de rappeler que les seuls exploits de François Ier (oui, premier président de Genève) qui aura réussi à coaliser 98% du Parlement contre le budget proposé par son gouvernement  et ce, juste quelques semaines après avoir provoqué la descente dans la rue de 15'000 fonctionnaires contre ses projets de réformes structurelles. 

Car l'oubli est aussi une forme de miséricorde...

Les commentaires sont fermés.