Elle ne manque pas d'air, Mme Deuxpourmil...

Imprimer

C'est au nom du féminisme que celle qui téléphone en pleine nuit à son ministre préféré -quand elle se fait pincer avec une alcoolémie quelque peu excessive- annonce une plainte pénale contre le clip d'une humoriste romande qui parodie le spot de la Blonde.

Il faudra qu'elle nous explique la portée féministe d'un clip qui, sur cinquante-six secondes, en consacre neuf à un gros plan sur la poitrine de la Dame, neuf autres sur son déhanchement sur le trottoir et neuf enfin sur une partie de son dos, celle qui, comme le disait le grand Brassens, ressemble le plus à la lune, gainée dans ce qui semblerait être de la soie noire...

Difficile de ne pas voir dans ce clip du racolage profondément sexiste, du racolage de bas … de trottoir.

C'est vrai que, de la comparaison faite par Ueli Maurer entre sa femme et "ses autres ustensiles de cuisine" aux votes contre les droits des femmes, la maîtrise des nuances du féminisme n'est pas encore acquise au parti de Mme Deuxpourmil... 

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.