Une chance de les dégager…

Imprimer

Ce n’est pas parce qu’elle est seule femme en lice contre cinq hommes qu’elle fera forcément une conseillère d’Etat plus proche de la cause des femmes ; ce n’est pas à cause de ses lointaines origines dans un groupuscule trotskisant qu’elle sera nécessairement plus à gauche que l’actuel ministre Vert, M. Hodgers.

Et pourtant, c’est dès le premier tour que j’irai sans illusion aucune, voter pour Madame Fischer au Conseil d’Etat.

La raison en est simple, limpide : pour la première fois depuis des décennies, la possibilité d’une claque, sonore et solennelle, au PLR et aux autres libéraux -fussent-ils d.o.c., radicalement pris d’élans, verts ou démocratiques du centre- est possible.

Il est en effet possible, dès le soir du 7 mars, du premier tour donc, de faire échec au parti de Senarclens, Maudet, Lüscher et Marc Müller pour lui rappeler que sa taille réelle ne l’autorise pas vraiment à vouloir régenter la vie des gens.

La possibilité est là, réelle, concrète, de, dès le premier tour, renvoyer à leurs études et cabinets, le fan de formule one, le grand pourfendeur des droits sociaux présenté par le PLR, le membre du comité de la fédération des entreprises romandes qui court sous les couleurs vert-libérales et le nostalgique de l’UDC.

Puisque, de toute manière au second tour il faudra reporter les voix sur Mme Fischer, ne serait-il pas plus mobilisateur et encourageant de s’unir dès le premier tour pour la faire élire tout de suite, pour bouter le 2ème PLR hors du gouvernement ?

Parce que, l’enjeu réside, justement, dans la possibilité de dégager, et au plus vite, tout ce personnel politique qui n’est là que, au mieux, pour défendre les intérêts des nantis et, au pire, pour se faire offrir voyages et fêtes d’anniversaire.

Sans illusion aucune sur celle qui devrait devenir la première femme écologiste membre du gouvernement genevois, ni sur la marge de manœuvre éventuelle du candidat du PdT ou d’un/e candidat/e toujours possible d’Ensemble à gauche.

En effet, de Hyler à Hediger, de Hodgers-Torracinta à Pagani, l’expérience le montre, seule la rue mobilisée a été à même d’élargir le champ des possibles, d’imposer des choix autres que ceux imaginés par les gouvernants.

Et une rue qui fait l’expérience du fait qu’en un jour et dans l’unité, elle peut dégager un PLR, c’est aussi une rue qui peut prendre conscience de sa force pour faire valoir ses raisons, celles de la majorité de la population.

C’est pourquoi, sans illusion aucune, surtout parce que je n’en nourris aucune, je voterai dès le premier tour pour celle qui permettra de dégager un PLR du Conseil d’Etat.

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.