Juste tout dire…

Imprimer

A l’exception d’une citation latine utilisée à fort mauvais escient - à preuve que à rien ne sert d’étaler une culture qu’on n’a pas si ce n’est qu’à faire étalage de sa propre inculture-, la lettre d’un « enseignant à la retraite » à propos de l’Association Avenir syndical, publiée dans le courrier des lecteurs de la TdG du 13 août a pour le moins deux mérites.

 

D’une part, elle rappelle les pérégrinations -du SIT au SSP, du SSP à l’Association Avenir syndical- d’un des fondateurs de cette dernière association que l’article de Marc Bretton présentait à tort comme un « ancien secrétaire du SIT, puis du SSP ».

 

De l’autre, la lettre publiée le 13 août a le mérite de rappeler l’importance de l’opinion de la base syndicale.

 

A ce titre, il est juste embêtant que l’auteur ait oublié de signaler que la dite Association Avenir syndical avait, ce printemps, saisi les tribunaux pour exiger l’interdiction de la tenue de l’Assemblée des délégué.e.s (les représentants de la base, donc) de la CGAS, appelée à décider de ses rapports avec l’Association Avenir syndical.

 

Et il est tout aussi navrant  qu’il ait également oublié de mentionner le fait que « la base du SSP » réunie ce mois de mai en Assemblée générale statutaire a refusé massivement (par sept fois plus de non que de oui…) une proposition -soumise notamment par l’auteur de la lettre de lecteur du 13 août- favorable à l’unité d’action avec l’Association Avenir syndical.

 

Il omet d’ailleurs de rappeler que c’est « la base   du SSP » réunie en Assemblée générale qui a refusé une résolution  -présentée, entre autres, par le même "enseignant à la retraite"- intitulée « Suite aux dénonciations anonymes à l’encontre d’un secrétaire syndical », le célèbre Roger dont un autre syndicat, UNIA, s’est séparé en avril 2020 au nom « du principe de tolérance zéro en matière de harcèlements sexuels ».

 

Critiquer la superficialité de l’enquête journalistique est certes un droit, mais pas quand on omet soi-même de mentionner une partie des faits…

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.